Ambroisie : de nouvelles perspectives alarmantes

Une concentration en pollen d’ambroisie multipliée par 4
La concentration en pollen d’ambroisie pourrait quadrupler d’ici 2050 : c’est ce que conclut une étude, publiée le 25 mai 2015 dans la revue Nature Climate Change.

Des chercheurs du CNRS, du CEA, de l’INERIS et du RNSA y estiment qu’elle  sera multipliée par quatre d’ici 2050 en Europe. Des zones relativement épargnées jusqu’à aujourd’hui pourraient être affectées par l’espèce invasive, notamment le nord de l’Europe et  le sud de la Grande-Bretagne.

Climat, utilisation des sols et volatilité des graines d’ambroisie
Cette inquiétante perspective dans la progression de la menace est imputable à deux facteurs : le changement climatique, qui favorise la croissance de la végétation, responsable aux deux tiers de ce phénomène, les modifications dans l’utilisation du sol, et la particulière volatilité des graines d’ambroisie.

La menace s’étend au nord de la France et de l’Europe
En se basant sur des modèles mathématiques, une équipe de chercheurs français, britanniques et autrichiens a calculé que la concentration en pollens de l’ambroisie allait être multipliée par quatre d’ici à 2050 en Europe. Des zones très peu touchées actuellement comme le nord de l’Europe, le nord de la France ou le sud de la Grande-Bretagne pourraient être fortement impactées.

Agir dès aujourd’hui
L’ampleur actuelle du développement de l’ambroisie justifie pourtant d’ores et déjà des mesures de prévention significatives.

Pour consulter l’étude, cliquez ici.

Ce contenu a été publié dans Etudes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.