Espèces envahissantes végétales et animales : 44 députés cosignent une proposition de loi

A l’initiative d’Alain Moyne-Bressand, député de l’Isère et président du Comité parlementaire de suivi du risque ambroisie et autres espèces invasives, 43 députés viennent d’enregistrer une proposition de loi à l’Assemblée nationale. Elle devrait être examinée début 2015.

Ce texte qui dépasse les querelles électorales est très attendu par les associations de patients ainsi que par l’ensemble des acteurs engagés sur le terrain dans la lutte contre ces espèces : les agriculteurs, premières victimes, mais aussi les gestionnaires d’espaces verts et de chantiers, les jardiniers amateurs, les collectivités locales, les Régions…

Le texte de la loi est la clé de voûte indispensable dans le dispositif visant à maîtriser ces espèces. Il s’élargit non seulement aux espèces du genre ambroisie mais également à d’autres espèces, végétales ou animales (chenille processionnaire du pin et du chêne, papillon de cendres) dont la prolifération est nuisible à la santé humaine. C’est une réponse efficace aux plantes invasives  qui représentent un vrai casse-tête et dont le coût économique est un gouffre (le coût de la gestion des plantes envahissantes est estimé à 12 milliards d’euros par an à l’échelle de l’Union Européenne).

Cliquez sur l'image pour télécharger

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.