Ces ambroisies venues d’ailleurs

Voilà plus d’une centaine d’années que l’ambroisie est arrivée sur notre territoire. Arrivées en plusieurs vagues (1880, I° et II° Guerres Mondiales), les différentes espèces d’ambroisie se sont senties si bien chez nous qu’elles y sont restées et se sont développées à grande échelle au point d’inquiéter les pouvoirs publics et les institutions sanitaires.

En France : 5 espèces d’ambroisie présentes en latence
Il y a 40 espèces d’ambroisie dans le monde. En France, l’Observatoire des ambroisies a recensé 5 espèces :
–      Ambrosia maritima (espèce européenne méditerranéenne très rare).

Et 4 espèces américaines introduites et très envahissantes :
–      Ambrosia artemisiifolia (ambroisie à feuilles d’armoise)

–      Ambrosia trifida (ambroisie trifide)

–      Ambrosia psilostachya (ambroisie à épis lisse)

–      Ambrosia tenuifolia (ambroisie à feuille étoite)

Les plus préoccupantes : ambroisie à feuille d’armoise, ambroisie trifide
Si la présence de la plupart des espèces est latente, il en est deux dont le développement inquiète les pouvoirs publics et tous les acteurs concernés par ce nuisible d’une rare dangerosité.
L’ambroisie à feuille d’armoise est la plus développée. En France, c’est la région Rhône-Alpes qui en souffre le plus (voir les chiffres de l’ambroisie) et qui est le fer de lance la lutte contre l’ambroisie. Cette mauvaise herbe hautement invasive et hyper allergisante provoque des ravages agricoles et sanitaires tous les ans et creuse le trou de la Sécurité sociale régionale par la même occasion. Présente dans de nombreuses autres régions, on observe cependant une accélération de son développement notamment due aux évolutions climatiques de ces dernières années.
Toute aussi redoutable, l’ambroisie trifide, a fait une percée très remarquée cette année. Présente dans le Sud Ouest depuis plus de 30 ans, sa prolifération et sa concentration ont attiré les projecteurs sur cette plante d’importance majeure aux Etats-Unis. Son fort potentiel allergène incite les chercheurs à se pencher plus particulièrement cette espèce encore mal connue en France.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.