Ambroisie, pollen, allergie : aléas en fonction des saisons

Depuis quelques années on remarque une explosion de la saturation des pollens dans l’air. L’alternance des cycles de pluies et des périodes sèches ainsi que le réchauffement progressif du climat expliquent ce phénomène. L’ambroisie, plante invasive et hautement allergène prolifère dans un tel contexte.

Une saison de la pollinisation plus longue

En Suisse le Centre d’allergies suisse a observé une avancée de deux à trois semaines de la saison pollinique pour les arbres en 20 ans et un allongement de la saison pour les graminées. La France fait le même constat au Nord d’une ligne allant de Mont de Marsan à Orange.

Les conditions climatiques sont propices au développement de la concentration des pollens dans l’air ainsi qu’à leur dissémination. Le risque d’allergie est sérieusement augmenté ainsi que la violence des réactions.

Le temps annuel d’exposition prend de l’ampleur. Alors qu’actuellement on remarque encore une période d’accalmie entre octobre et février, il est probable qu’elle disparaisse dans les années avenir.

ATOPICA : un programme d’étude européen

Face aux enjeux qui se dessinent, la Commission européenne a créé en décembre 2011 un groupe d’étude sur le sujet. Atopica a pour vocation d’évaluer l’impact du changement climatique sur les allergies au pollen. Il est financé par la Commission européenne pendant trois ans et rassemble des biologistes, des immunologistes, des allergologues, des physiciens et des climatologues. Trois instituts français sont parties prenantes du projet : le CNRS, le CEA et Ineris.

Atopica étudie avec précision l’évolution de l’ambroisie, fléau qui ne connaît pas les frontières et touche l’Europe entière. La plante est étroitement surveillée par les autorités qui y voient une menace sanitaire de premier ordre compte tenu de l’évolution des allergies en Europe.

Et plus tard

Compte tenu des résultats observés ces vingt dernières années, le Centre des allergies suisse se projette dans l’avenir et donne les principales menaces liées au changement climatique :

  • Apparition encore plus précoce de la saison pollinique
  • Eventuelle augmentation de la quantité des pollens et plus particulièrement des pollens d’herbe suite aux sécheresses
  • Apparition de nouvelles espèces végétales allergènes
  • Déplacement de la végétation à des altitudes plus élevées
  • Propagation de l’ambroisie et augmentation de la quantité de son pollen.
Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.