Quand l’ambroisie empoisonne ses voisins

Laureline, Béatrice, Jeanine, Vincent, Lucie, …
Qu’elle est longue la liste des victimes rousillonnaises de l’ambroisie énoncée par Nathalie Pédron – Trouvé, conseillère  municipale de Rousillon.
8175 habitants, 13 exploitations agricoles et … 9 % de sa population allergique à l’ambroisie qui envahit ces vastes champs. Ferme, Nathalie  Pédron – Trouvé dénonce une situation d’autant plus inacceptable que les solutions existent. Elles sont là, à porter de main et pourraient être mises en œuvre rapidement si, enfin, une réelle volonté politique prenait les mesures nécessaires à commencer par le vote d’une loi organisant la lutte.
En attendant ce sont des centaines de personnes à Roussillon, et des milliers en Rhône – Alpes qui voient leur quotidien bousculé, et basculé du jour au lendemain.
L’ambroisie est un poison qui condamne Laureline (11 ans) à l’isolement. Pas de sortie ni de classe pendant la période estivale qui est aussi celle de la pollinisation. Alors que ses camarades profitent du soleil et du grand air la fillette reste confinée derrière les murs d’une maison hermétiquement fermée.
Des conséquences sociales aussi, comme le raconte Lucie (39 ans) qui souffre de ne pouvoir sortir avec ses amis et de devoir suspendre toute activité sportive.
Comme les autres, Vincent (32 ans), témoigne de la pénibilité à vivre normalement en période de pollinisation. Epuisé par la violence des crises et les mauvaises nuits, il évoque les difficultés de concentration le jour au bureau. Difficultés qui évidemment ont un impact direct sur la qualité de son travail.
Quant à Jeanine, retraitée de 72 ans, elle quitte la région chaque fois que les pollens reviennent. Voilà plus de vingt ans qu’elle subit les assauts de ce nuisible sans pouvoir s’en débarrasser malgré des désensibilisations répétées.
Isolés: les allergiques à l’ambroisie sont handicapés au quotidien tout comme leurs proches. Pas question de tenter d’aérer les maisons ou d’étendre le linge dehors : c’est prendre le risque d’un choc mortel pour ces personnes durablement fragilisées.
Au lieu de reconstituer leurs forces en vue de la période hivernale, les corps des allergiques s’usent dans une lutte inégale durant l’Eté. Exténués, ils ne résistent pas aux rigueurs du mauvais temps. A Roussillon on dénombre pas moins de 96 arrêts maladies dus à l’ambroisie directement ou indirectement.
Enfances brisées, vies bancales : l’ambroisie poursuit son œuvre néfaste sans être inquiétée. Inlassablement, Nathalie Pédron – Trouvé prend la parole et rappelle l’urgence d’une situation qui promet de devenir une catastrophe agricole et sanitaire si la lutte n’est pas coordonnée.

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *