Colloque Ambrosia 2012 : Ne pas se laisser envahir par l’ambroisie

L’ambroisie, plante hautement invasive et allergène gagne du terrain sans que rien ne semble la stopper.
L’ombre menaçante de ce nuisible est apparue en Pays de la Loire depuis 2008, bien loin de la région Rhône-Alpes où elle est implantée depuis longtemps. Bien loin de régresser ou même de stagner la densité des pollens d’ambroisie a plus que doublé en vingt ans aggravant le nombre et les cas d’allergies.
C’est le terrible bilan qu’a dressé le colloque international Ambrosia 2012 (à Lyon les 29 et 30 mars derniers) aussitôt dénoncé par les associations de malades.
Non ! L’ambroisie n’est pas une fatalité. Des moyens de lutte efficace existent, ils doivent être mis au service des premières victimes de ce fléau : les malades et les agriculteurs.
Des initiatives existent dans la Drôme, l’Ardèche, l’Isère, et à l’échelle nationale, en Suisse.
Seule manque une réelle volonté politique pour coordonner la lutte et mettre un terme à ce fléau. Ambrosia 2012 a permis de mesurer les efforts faits depuis plusieurs années et le chemin qui reste à parcourir.
Venus de toute la France, de l’Europe et du Canada, les participants du colloque international Ambrosia 2012 représentent l’ensemble des parties prenantes de la lutte contre l’ambroisie. Pendant ces deux jours leur réflexion était axée autour de « Ambrosia 2012 : du partage des connaissances scientifiques à la coordination européenne ».
Riche et complet, il est une occasion unique et précieuse de réunir des forces éparses qui œuvrent pourtant pour un commun objectif : améliorer et préserver la qualité de vie des riverains dans les zones touchées.

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.